Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Technique > Maîtriser la couleur > Peindre avec les 3 primaires

Peindre avec les 3 primaires

Si peindre avec les 3 couleurs primaires présente un certain nombre d’avantages matériels, cela est aussi, sans conteste, très intéressant du point de vue de la technique de l’aquarelle, dans une perspective de restitution de la transparence et de la lumière des couleurs employées

Pour tenter de vous en convaincre, je vais emprunter à Jean-Louis MORELLE son triangle des couleurs que j’utilise moi-même et dont j’ai déjà parlé dans un précédent article .

Pour comprendre son fonctionnement, je vous propose un exercice pour lequel vous pourrez utiliser comme palette un grand carré de 30x30 cm (plexiglas ou carrelage) de couleur blanche, ou bien carrément une feuille de papier aquarelle (là on obtient un rendu exact des couleurs).

  • Les bichromes

1. Sur votre palette, placez les 3 couleurs primaires aux 3 sommets d’un triangle imaginaire : jaune winsor en haut, bleu winsor nuance verte à gauche et rose permanent winsor à droite !

2. Diluez ces 3 couleurs primaires avec un peu d’eau de façon à obtenir une consistance crémeuse pour chacune d’elles : attention, utilisez de l’eau propre et un pinceau pour chaque couleur.

3. Vous allez maintenant réaliser le premier côté, à gauche du triangle en mêlant les 2 primaires qui se trouvent à chaque bout (bleu et jaune).
On part du jaune, au sommet du triangle, dans lequel on met de plus en plus de bleu, au fur et à mesure que l’on descend vers la gauche.
Attention, pour ne pas salir les primaires de base, utiliser un pinceau différent pour le mélange et le laver à chaque nouvelle tache....
On obtient ainsi une gradation de verts, d’abord à dominante jaune, puis de plus en plus bleue, celui du milieu étant, en principe, le résultat d’un mélange à proportions à peu près égales.

Je n’ai fait, ci-contre, pour les besoins de la photo, que 5 verts différents mais les possibilités sont quasi infinies, en fonction de la quantité de bleu que vous injectez dans votre jaune (toujours procéder dans ce sens).

4. Réalisez la même chose pour le côté droit du triangle, en injectant, cette fois, dans votre jaune primaire de plus en plus de rose permanent (Winsor) au fur et à mesure que vous descendez vers la droite. La propreté de l’eau et des pinceaux est, je le répète, très importante pour obtenir des nuances bichromes bien pures

5. La base du triangle est obtenue en ajoutant, dans le rouge permanent, de plus en plus de bleu au fur et à mesure que l’on va vers la gauche..... eau propre, pinceaux propres, couleurs propres !

On a donc, au terme de ces manipulations, obtenu un certain nombre de couleurs bichromes pures et bien transparentes. Les possibilités sont, en réalité, beaucoup plus nombreuses, vous devez l’imaginer, et si vous en doutez, la réalisation de cet exercice sera pour vous une révélation !

5. Ce n’est pas terminé : cette disposition en triangle fait également apparaître un élément très important en peinture : les complémentaires.
Sur l’image 5, j’ai tracé les 3 médianes du triangle : les couleurs qui se trouvent aux 2 extrémités de ces médianes sont dites complémentaires et la mémorisation visuelle du triangle permet de s’en souvenir facilement !

Le noir profond se trouve au point de croisement de ces 3 médianes !

  • Les trichromes ou comment assombrir une couleur

Vous allez poursuivre l’exercice en choisissant l’une de ces 3 médianes : j’ai choisi, pour ma part, celle qui va du jaune primaire au violet car c’est la plus étonnante !

Pour assombrir (ou "casser") une couleur, on utilise sa complémentaire : ce qui signifie, pour le cas que j’ai choisi, que pour assombrir le jaune, on utilisera du violet (mélange à parts égales de rouge primaire et de bleu primaire) et pour assombrir ce même violet on utilisera du jaune primaire.....étonnant, non ?
Et c’est la même chose pour les autres médianes !

Voici donc le résultat de l’assombrissement de mon jaune primaire par sa complémentaire bichrome violet : avant d’arriver au noir profond , on peut obtenir de beaux gris, de nuance chaude, très purs et très transparents puisqu’ils ne comportent que 3 pigments.

Essayez de réaliser l’autre moitié de la médiane ( jusqu’au noir profond) en assombrissant votre violet issu du mélange à parts égales de rouge primaire et de bleu primaire avec le jaune winsor primaire : vous serez très surpris !!!!

Vous pouvez également explorer les deux autres médianes dans un sens et dans l’autre et l’assombrissement des couleurs n’aura plus de secrets pour vous !

Les possibilités de couleurs sont quasi infinies et on peut encore jouer sur leurs valeurs en mettant plus ou moins d’eau dans les pigments !

D’autre part, on obtient toujours des mélanges très purs et très transparents puisqu’il contiennent, au plus, 3 couleurs, ce qui est un grand maximum en aquarelle si on veut conserver toute la luminosité.

Si vous souhaitez aller plus loin dans votre découverte de la couleur, je ne saurais trop vous conseiller la lecture de "L’eau créatrice", ouvrage de Jean-Louis Morelle ou celle du dernier numéro "Hors série aquarelle" de la revue Pratique des Arts, où il nous dévoile, en 10 leçons, les mystères de la couleur.

1 Message

SPIP 3.0.17 [21515] | Squelette BeeSpip v.