Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Equipement > Installer son atelier > Peindre en extérieur

Peindre en extérieur

Les aquarellistes amateurs disent souvent avoir beaucoup de mal à s’organiser pour installer leur atelier d’aquarelle en extérieur.
Voici donc quelques réponses à leurs interrogations.

Je possède, pour ma part, un chevalet de campagne ainsi que le siège assorti, tous deux pliants et portables.
Cet engin est normalement destiné aux adeptes de techniques sèches, puisque l’espace où l’on peut poser le bloc (ou la toile) se place traditionnellement en position verticale inclinée, ce qui, en aquarelle, présente un inconvénient puisque l’eau a tendance à couler vers le bas !!!!!
Et comme chacun sait, en aquarelle, on utilise beaucoup d’eau !

Je l’utilise donc en plaçant la partie où l’on pose le bloc à l’horizontale : ainsi, je me retrouve avec quelquechose d’assez pratique qui ressemble à une table et qui se trouve juste à la hauteur de mon siège.

Voyez plutôt :

Le bloc est bien maintenu par le morceau de bois coulissant et vissé prévu à cet effet.
A droite, la fameuse palette en triangle, à gauche, la palette servant aux mélanges.

Par terre, sur ma boîte en bois, le sopalin et les pots que je remplis d’eau avec la bouteille que j’emporte.

Le set de pinceaux est accroché aux écrous du chevalet grâce à 2 élastiques : système D !!!!!!

Une fois plié, tout ça est assez facilement transportable : le bloc, sopalin, eau, palettes et pots dans le sac rouge, en bandoulière, la boîte en bois avec les pinceaux et outils divers dans une main et le chevalet + son siège attachés ensemble (ils possèdent une poignée ) dans l’autre main !

Si on veut encore alléger, on supprime la boîte en bois, on met tout dans le sac rouge et en avant !

Vous êtes fin prêts pour de grandes aventures picturales, buccoliques et champêtres !

4 Messages

  • En version rando urbaine ou rurale ... , par ... Jude
    Le 24 avril 2008 à 12:16

    Comme alternative, un bon sac à dos et son contenu libèrent un peu plus mes mains.

    En version légère, on peut se contenter de croquer sur le motif avec un carnet, un crayon ou un feutre 0.1, un pinceau à réservoir, du papier absorbant et une boîte de quelques demi-godets comme la célèbre petite boîte en plastique bleu WN.

    Cet allègement me permet d’emporter aussi mon appareil photo, un pique-nique léger et de l’eau.

    Il est vrai que j’ai remplacé l’auto par les transports publics et la marche.

    Je conserve le siège trépied. Je le porte en bandoulière ou à la main, au moyen de la sangle réglable que j’y ai fait ajouter.

  • chevalet de campagne , par Mireille Pizano
    Le 25 avril 2009 à 19:48

    Bonjour, Où avez-vous acheté votre chevalet de campagne. Je n’aime pas dessiner et peindre sur mes genoux et je trouve celle solution épatante. J’attends avec plaisir votre réponse.

    Fadade d’aquarelle Mireille Pizano Club Insternational Féminin de Dakar ( Sénégal)

  • enfin quelqu’un qui a les mêmes préoccupations ! ;) , par malivoyage
    Le 16 mai 2009 à 17:29

    votre solution est on ne peut plus simple et classique : pour ma part, quand je n’adopte pas la même que vous, j’ai
    une table ultra-légère (tréteau en alu et table en plastique) qui reste dans ma voiture, le même siège mais en plus léger et avec bandoulière
    et j’emploie en guise de support-aquarelle des plaques de plastiques sur lesquelles je fixe mon papier, plutôt au crèpe qu’au papier gommé : beaucoup moins de poid qu’avec le bois !
    ensuite, j’ai une boîte à outils classique de la même forme que vous mais en plastique : toujours plus légère !
    sinon la version plage : un siège bas, de plage appelé cale-dos, et mes outils son posés au sol sur un paréo pour ne rien égarer
    à bientôt un pinceau à la main !

SPIP 3.0.17 [21515] | Squelette BeeSpip v.